Une cousine entreprenante - Isabel Marant

Mon blogue

Une cousine entreprenante

Une cousine entreprenante - Isabel Marant

La gestion du patrimoine, est certainement ce qu’il y a de plus difficile à faire, lorsque l’on n’est pas préparé à s’occuper de quelque chose, que quelqu’un s’est approprié auparavant, et dont on n’a aucunement le sens de l’intérêt de l’achat de cette chose. C’est ce qui est arrivé à une de mes cousines qui s’est retrouvée propriétaire de plusieurs dizaines d’hectares de terres cultivables, en dehors du Québec. C’était une vraie citadine qui n’avait jamais quitté Montréal depuis plus de 30 ans. Comment lui expliquer qu’elle n’était pas obligée du jour au lendemain de devoir gérer vaches et cochons et donner le grain aux poules. S’il y avait plusieurs dizaines d’hectares, c’est qu’il y avait certainement le personnel adéquat pour ce genre de tâches. Elle était tout de même consciente qu’elle ne réussirait pas dans ce domaine. Elle ne se voyait pas faire les marchés aux bestiaux et rester des heures à essayer d’acheter ou de vendre aux enchères le moindre animal. Elle ne se voyait pas non plus faire les comptes tous les soirs pour connaître les manques et les gains de chaque journée. Ce n’est pas que dans d’autres domaines cela soit différent, c’était simplement qu’elle avait quitté la campagne alors qu’elle était toute jeune et qu’elle s’était jurée de ne plus jamais y remettre les pieds.

Elle revendait toutes les terres à un très bon prix à des paysans dont elle connaissait la valeur et la loyauté. Ce n’est pas parce qu’elle ne voulait pas s’occuper des terres de ses parents qu’elle allait les brader à des personnes inadéquates. Elle prenait tout cet argent pour créer sa propre affaire. Elle voulait absolument créer une société de location de limousines. Elle en achetait cinq au départ et avait passé toute une année à prospecter dans tous les quartiers de Montréal pour mener à bien la location de ces cinq voitures de façon régulière. Elle finissait par se faire un nom et partait pour Los Angeles, pour louer d’autres limousines. Elle avait aussi elle-même une fille qui hériterait certainement un jour de cette affaire. S’il est vrai que le fruit ne tombe jamais loin de l’arbre, il y a de forts risques que sa fille fasse la même chose dans très peu de temps en vendant la société de sa mère pour créer la sienne dans un domaine tout à fait différent de celui-ci. Ainsi vont les choses.