Une belle propriété - Isabel Marant

Mon blogue

Une belle propriété

Une belle propriété - Isabel Marant

Samedi dernier, j’ai passé tout l’après-midi à aider Martha à faire ses boîtes. Je me sentais bien obligée de le faire, vu qu’elle était toute seule avec ses jumeaux, et surtout, qu’il s’agissait de la petite sœur de mon mari. Après avoir passé plus de deux ans dans ce charmant appartement, elle et son mari décident de déménager dans une maison plus grande. Ils veulent que leurs enfants aient plus d’espace. Mais comme son mari avait un voyage d’affaires imprévu et que le déménagement ne pouvait être reporté, je me suis portée volontaire pour leur apporter mon aide. J’ai trouvé que Martha était assez minutieuse dans son organisation. Il y avait différents types de carton. Un modèle spécialement pour les objets de valeur, un autre pour les documents, et encore un autre pour tout ce qui concerne la décoration. Chaque modèle était composé de dix cartons de tailles différentes. Je me suis chargé de ranger tous les dossiers, d’autant plus que j’ai commencé par le petit bureau. J’ai mis les classeurs dans le plus gros carton. Ensuite, j’ai placé les documents dans les cartons, en fonction de leur taille, sans prêter trop d’attention à leur contenu. Je savais pertinemment que dans un bureau, il existe des documents qui sont classés confidentiels et qu’il vaudrait mieux que je n’y jette pas un coup d’œil même si je ne suis pas considérée comme une étrangère. Une fois les dossiers du bureau mis dans les boîtes, j’ai rejoint Martha dans la cuisine. Elle était déjà sur l’emballage des verres. Je me suis occupé des autres ustensiles de cuisine. Elle s’est levée en souriant et m’a demandé de l’attendre dans la cuisine. Elle était revenue avec sa tablette à la main. Elle s’est accroupie à côté de moi, qui étais agenouillée devant une boîte, puis m’a montré ce qu’il y avait sur la tablette. C’était des prises de photos de leur nouvelle propriété. C’était tout simplement splendide. La maison était tellement énorme que je me suis demandé si elle n’était pas trop grande pour quatre personnes. La cour était couverte de gazon et les allées décorées par différentes variétés de fleurs. Elle avait tout pour plaire : piscine, abri soleil, terrasse, et même un minibar. Là, j’ai compris pourquoi ils étaient si pressés de déménager. Comparé à ce qui les attend, cet appartement que je trouvais si intéressant est tout à coup devenu insignifiant. En ce qui me concerne, il faudra encore quelques années de plus pour que nous puissions nous permettre ce genre de bien.