Un visage ultra-sensible - Isabel Marant

Mon blogue

Un visage ultra-sensible

Un visage ultra-sensible - Isabel Marant

J’ai toujours eu du mal à le remarquer, à vrai dire, je ne l’ai même jamais remarqué auparavant, mais ma belle-sœur Judith présente en fait, une couperose au niveau des joues. Chaque fois que nous allions dans des magasins de cosmétiques, et que je lui proposais certains des produits qui embellissent mon visage, elle me répond qu’elle a la peau fragile, et que seules certaines gammes de cosmétiques, qui devaient respecter les conditions requises, pour qu’elle puisse en utiliser. Elle dit avoir utilisé pas mal de produits de beauté auparavant, et que cela ne lui a pas trop réussi, que les résultats étaient catastrophiques, cela a même failli la dévisager. C’est pourquoi, elle choisit minutieusement désormais, les produits qu’elle utilise pour le visage. En fait, ces rosacées se sont apparues peu après la naissance de sa file Nadya. Nadya avait à peu près 2 ou 3 ans d’après elle. Alors elle devait avoir 35 ou 36 ans à l’époque. Ce qui m’étonne, c’est qu’elle a toujours su le cacher. Enfin, d’après elle, au début, ce n’était pas bien difficile, elle avait utilisé des crèmes dermatologiques, et cela avait suffi pour tout faire disparaître. Du moins, c’est ce qu’elle croyait. Plus tard, elles ont réapparu, et quand elle a voulu réutiliser les mêmes produits, cela n’a fait qu’empirer. Son visage était devenu de plus en plus rouge, et comme elle adorait manger épicés, il était difficile de savoir si c’était à cause des piments et des gingembres, ou si c’était juste une coïncidence. Je crois que cela est en rapport avec le fait qu’il y a un côté métis en elle. Heureusement, elle a pu trouver un excellent esthéticien, qui a pris soin d’elle et de son visage. Grâce à son aide, ces rosacées sont devenues de moins en moins importantes. Il lui avait également appris à cacher ces taches en attendant une complète guérison. Judith n’a pas eu le moindre mal à apprendre comment faire, et c’était pour cela, que peu de gens avaient connaissance de sa maladie. Je suis contente qu’elle l’ait dit, parce que cela aurait été trop horrible de ma part de ne pas se rendre compte de tout ça. Surtout, si c’était aussi évident. En fait, maintenant, je sais pourquoi l’année dernière, elle avait toujours refusé de m’accompagner dans nos soirées de bienfaisance. Et puis, ces temps-là, j’étais tellement occupée, que je ne faisais pas attention aux détails.